En général, l’achat d’une monnaie est une opération qui est destinée aux collectionneurs. Mais, il est aussi possible que le collectionneur en question achète pour investir. Sinon, en conservant convenablement un billet de banque, on s’assure qu’il gagne de la valeur d’année en année. Cependant, l’investissement dans les billets de banque rares est-il vraiment rentable ?

Revendre les billets rares

Pour conserver les billets antérieurs à 1970, l’idéal est de les mettre sous plastique par la WBG, PCGS ou la PMG. C’est une excellente façon d’authentifier le billet de banque. Cela permet également de présenter et d’augmenter sa valeur dans divers pays, comme l’Asie notamment.

Après, il suffit de déterminer le moment pour vendre les billets. On peut mettre en vente les billets rares sur un site de vente dédié. Pour cela, on a la possibilité de s’inscrire en tant que vendeur.

Si on cherche à agrandir sa collection ou à investir son argent, on peut découvrir la sélection disponible en ligne. C’est nécessaire pour les ventes de monnaies et de billets. Mais dans tous les cas, il vaut mieux ne pas espérer en retirer une fortune, au risque d’être déçu.

Un billet de 500 francs Pierre et Marie Curie classique par exemple, ne sera repris qu’aux alentours de 3 euros. Et cela, même en parfait état. Pour les billets de deux dollars US, on peut en tirer entre 3 à 50 dollars. Mais ça dépend toujours de sa conservation et de son état.

En effet, la décote est un tant soit peu moins importante pour les petites coupures. Le 50 francs Saint Exupéry de base vaut aussi 3 euros. Pourtant la Banque de France l’échangeait contre 7,5 euros en 2012. Donc, on peut dire que seuls quelques exemplaires peuvent se revendre plus chers que leur valeur faciale.

Pour le cas des francs français, on a seulement les 200 ou 300 premiers numéros de série qui sont les plus rentables. Ceux-là et ceux qui comprennent les premières lettres de l’alphabet ou encore ceux avec des anomalies.

Les billets antérieurs sont-ils de bons placements financiers ?

Tout d’abord, les billets rares doivent rester de préférence un placement-plaisir. Bien sûr, on peut réaliser des plus-values. La valeur des billets progresse avec le temps, au fur et à mesure que le nombre de collectionneurs augmente. Et de ce fait, ils se raréfient.

Dans le cas d’un billet de 100 billions de dollars zimbabwéens par exemple, sa valeur augmente progressivement chaque année. On parle bien d’un billet avec 14 zéros (100 000 000 000 000). En 2010, on pouvait s’en procurer pour seulement 1 ou 2 euros pièce.

Après, pendant un moment sa valeur a décuplé pour atteindre environ 10 euros. Actuellement, la demande dépasse l’offre car peu d’exemplaires circulent sur le marché. Du coup, le prix fixé pour ces billets tourne aux alentours de 85 euros.

De son côté, un billet de 500 francs Pascal peut valoir jusqu’à 1 700 euros auparavant. Il représente soit plus de 20 fois sa valeur faciale. Alors, pour un apprenti collectionneur, c’est assez rare de tomber sur ce genre de billet.

Il est donc important de s’informer dans le monde de la numismatique pour générer des profits. En effet, il est assez facile de se faire arnaquer et de se tromper.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here